Première neige sur la rivière

Chao K’an  10e siècle.), période des cinq dynasties (Tang du Sud)
Rouleau horizontal, encre et couleurs sur soie, 25,9 x 376,5 cm

première_neige_sur_le_fleuveCe rouleau horizontal peinture combine une description vivante des figures avec un paysage tel qu’il se déroule de droite à gauche.
Au tout début, à droite se trouve une inscription par le Sud T’ang empereur Li Yu ( 961-975) qui dit: «Première neige sur le fleuve Chao K’an par des étudiants des T’ang du Sud», offrant la preuve contemporaine à la fois du titre et l’artiste.

Chao K’an était originaire de la province de Jiangsu, et a passé toute sa vie dans la région sud-est de Kiangnan.

Sans surprise, la plupart de ses peintures de paysage présente les paysages luxuriants et remplis d’eau de cette région.
Sur ce rouleau horizontal, le déroulement de cette œuvre déploie littéralement la vie et les activités des pêcheurs le long de la rivière aux  confluents isolés.
Les arbres nus et roseaux secs montrent que la saison est en effet l’hiver.
L’artiste Chao K’an a accordé tant d’attention aux détails qu’il a même pulvérisé des points de pigment blanc pour illustrer les premiers flocons poussés par le vent neigeux.
A environ un tiers du rouleau, sur un chemin depuis le début à droite se trouve un groupe de voyageurs, ils suivent leur route le long de la berge. Les expressions des personnages – même les mules – révèlent à quel point le vent est rude et froid dans leur dos.

En termes de technique, Chao K’an remplit presque tout le rouleau avec des lavages d’encre et de couleur.

Ses coups centrés dessinent les arbres nus qui apparaissent aussi forts que le fer tordu. Les troncs ont ensuite été définis avec des lavages et des passages à sec semblables à ce qui devint plus tard connu sous le nom « coups de texture» dans la peinture chinoise.

L’effet est celle de la lumière et l’obscurité, générant un sens du volume. Chao K’an a rendu les roseaux fléchis par le vent avec de simples coups de brosse. Il a également modelé les formes de relief, mais n’a pas utilisé de traits formels de texture, ce qui rend ce travail bien différent de peintures de paysages plus tardifs.

A en juger par les impressions de sceaux, ce chef-d’œuvre du début de la peinture de paysage  a été conservé précieusement dans des collections privées et impériales de la dynastie des Song (960-1279) jusqu’à la dynastie des Qing (1644-1911).

Les commentaires sont fermés