La relation à la mort

Un deuil, un linceul, un cercueil … quel coup d’œil ! Quand nous sommes touchés par un événement non désiré,  réagissons-nous différemment les uns des autres ? En fonction de leur vécu et aussi en fonction de leur culture, certaines personnes ont plus de facilité que d’autres à surmonter leurs …

Lire la suite …

Grippe : préventifs et curatifs naturels

Avertissement : Il n’est nullement question ici de se substituer à un indispensable avis médical, mais simplement de citer quelques attitudes de bons sens commun reconnu par le passé chez certains de nos concitoyens éclairés par l’expérience d’anciennes générations. En effet, pourquoi tout jeter sous prétexte de modernisme ? 1) …

Lire la suite …

Pourquoi ne pas pratiquer le bâton ?

Le bâton fait peur à certaines personnes. « Il est gros », « il est dur », « il est long », « il est rigide », « quand on le porte sur les épaules ça fait mal au cou », « quand on le porte sur les hanches ça tire sur les épaules en arrière », « quand on le manipule il …

Lire la suite …

Questions fréquentes

Pourquoi nous a t-on demandé des photos et à quoi servent-elles ?
Les photos nous servent simplement à essayer de mémoriser vos prénoms et noms et à créer un trombinoscope pour que vous puissiez plus facilement faire connaissance avec les autres pratiquants.
 Les stages sont-ils accessibles aux débutants ?
Je m’efforcerai d’organiser deux stages par an : un de la pratique générale de l’école SanYiquan avec Georges Charles ( Ce stage est accessible à tous les adhérents sans distinction) et un stage avec un autre intervenant de notre école, sur un travail spécifique (bâton, tui shou, calligraphie etc . Vos Suggestions sont bienvenues!!! ). Aucun stage n’est indispensable comme le reste d’ailleurs.
Ces stages généralement, commencent le samedi après-midi et se terminent le dimanche en fin d’après-midi.
Comment faut-il s’habiller ? La tenue chinoise est-elle souhaitée ? Est-elle réservée au prof ?
Notre point commun est la pratique, rien d’autre, mais plus si affinités. Donc personne n’est sensé ressembler à quelqu’un d’autre. La pratique vise le bien-être et les deux sont donc indissociables. Les vêtements de pratique se doivent donc d’être confortables. De plus, quand on est nombreux, au début tout au moins, des élèves m’ont dit « on ne voit pas qui c’est le prof, tu devrais t’habiller en prof! ». Voilà les deux raisons pour lesquelles j’enfile un pyjama chinois, parce que c’est confortable pour moi et pour votre repérage. Sachez néanmoins que les chinois pratiquent en « tricot de peau » (type « marcel », et donc européen) et se couvrent un peu plus quand ils pratiquent au froid dehors. Alors si on se déguise tous en chinois et que eux se déguisent en européens, où va t-on ? Quant aux réserves d’uniformes, aux grades, aux ceintures et tout le bastringue des égos, il n’y a rien de tout ça dans le taoyin. Habillez-vous comme vous le souhaitez, pour être confortable, à l’aise dans les mouvements, le minimum étant un slip et un tee-shirt ! Après, c’est affaire de goût et de plaisir! personnellement, j’aime le pyjama chinois parce qu’il tient chaud modérément l’hiver, et frais modérément l’été. Son seul inconvénient : la soie sauvage rétrécit de 10 cm aux 2 premiers lavages, à bon entendeur … ! Autrement dit, le survêt’ est le bienvenu. Mais la cravate et le costume n’entravent que modérément la pratique si vous n’avez pas eu le temps de vous changer avant de venir au cours. ;-)))
  Comment ça marche si on rate un cours ?
Vous êtes grands ! alors vous anticipez en prenant un cours de plus la semaine d’avant, ou vous rattrapez en en prenant un de plus la semaine d’après. Faut-il prévenir ? Comme vous voulez ! Nous ne sommes pas en régime stalinien (ou sarkozien), je n’effectue pas de contrôle, notre pratique repose sur un principe fondamental, celui de la confiance que vous me portez, alors je vous la retourne, gérez donc vos présences comme bon vous semble.