Les 5 classiques

  • ShuJing (Classique des documents)
    Le Classique des documents, en chinois Shu Jing (Chou King), Shu ou Shang Shu , est un recueil de documents (discours, conseils, décrets etc.) concernant la politique et l’administration des souverains de l’antiquité chinoise, depuis Yao et Shun (IIIe millénaire av. J.-C.?) jusqu’à la fin des Zhou occidentaux ( règne du Duc Mu de Qin , ~-627). Ces documents auraient été rédigés par les équipes de greffiers et secrétaires que les rois entretenaient. Connu du temps de Confucius qui le cite et à qui la tradition a longtemps attribué sa compilation, il a échappé de peu à la destruction totale sous les Qin et pendant la période de division qui suivit la chute de l’empire Han. La version actuelle est incomplète, et la datation de certains chapitres fut mise en doute dès les Song d’après des critères stylistiques. Sous les Qing, après une vingtaine d’années de recherches, Yan Ruoqu en arriva à la conclusion qu’une moitié des chapitres avait subi de fortes altérations au IVe siècle. Télécharger
  • YiJing (Classique des Changements)
    Le Yi Jing , pinyin yì jīng, Wade-Giles i ching, également orthographié Yi King ou I-King), est un manuel chinois dont le titre peut se traduire par « Classique des changements » ou « Traité canonique des mutations ». Il s’agit d’un système de signes binaires combinés représentant tous les aspects du monde. Selon une méthode spéciale on étudie les événements à venir à partir desquels on peut prendre de sages décisions. Le Yi Jing s’appelle aussi Zhou Yi, c’est-à-dire « changements de Zhou » car son élaboration date du début du premier millénaire avant l’ère chrétienne, époque des Zhou occidentaux. Il occupe une place fondamentale dans l’histoire de la pensée chinoise et peut être considéré comme un traité unique en son genre dont la finalité est de décrire les états du monde et leurs évolutions. Il est le premier des cinq classiques et donc considéré comme le plus ancien texte chinois. Télécharger
  • LiJi  (le Livre des Rites)
    Le Classique des rites, Lijing ou Li King désigne un ou plusieurs ouvrages attribué(s) aux sages de l’époque Zhou (en particulier le Duc de Zhou), compilé(s) et commenté(s) par les confucéens, (Confucius ou ses disciples immédiats selon la tradition), traitant des rites encadrant l’organisation sociale, administrative et politique de cette dynastie.
    Sous les Han occidentaux, ces textes ayant en grande partie disparu, trois ouvrages furent reconstitués d’après des fragments, des souvenirs (récitations) et des rédactions apocryphes : le Zhouli, le Yili et le Liji . Le terme Lijing, qui peut désigner l’ensemble, fait le plus souvent référence au Liji ou Livre des rites. Télécharger le tome 1Télécharger le tome 2
  • ShiJing (le Livre des Odes)
    Le Classique des vers, ou Livre des Odes (Cheu King, Shi Jing ou Shi) est un recueil d’environ trois cents chansons chinoises antiques dont la date de composition pourrait s’étaler des Zhou occidentaux au milieu des Printemps et des Automnes. Il contient les plus anciens exemples de poésie chinoise. C’est depuis les Han un des Cinq classiques au programme de la formation des futurs fonctionnaires. Il a à ce titre exercé une grande influence sur la littérature chinoise. En Chine il est également appelé Trois cents poèmes (1) ou Poèmes de Mao (2), du nom des glossateurs Han de la seule édition qui nous soit parvenue. Le jésuite Séraphin Couvreur en a traduit l’intégralité. Le sinologue Marcel Granet a étudié ce recueil en profondeur et en a déduit les traits principaux de la culture chinoise antique.
    Les lieux mentionnés dans le Shi se trouvent dans la vallée du Fleuve jaune entre le Shanxi et une partie du Gansu-Shandong à l’est, le sud-ouest du Hebei au nord et la région entre le Chang Jiang et la Han au sud. Les historiens chinois estiment que les poèmes étaient un mode possible de communication diplomatique à l’époque des Printemps et des Automnes. Télécharger
  • Chunqiu (Annales des Printemps et des Automnes)
    Les Annales des Printemps et des Automnes est une chronique des règnes des douze princes de l’État de Lu, de -722 à -481. Elles décrivent, de manière extrêmement succincte et dans un style dépouillé, les principaux évènements politiques, diplomatiques et militaires, intervenus à Lu et chez ses voisins, notamment les États de Qi, Jin, Qin et Chu, ainsi que quelques phénomènes naturels (éclipses, inondations, tremblements de terre). Œuvre de plusieurs générations de scribes, la tradition en attribue la compilation à Confucius, au début du cinquième siècle av. JC.Le Zuo Zhuan, Commentaire de Maître Zuo, traditionnellement attribué à Zuo Qiuming, probablement écrit au cours du quatrième siècle avant J-C. Il couvre une période plus longue que les Printemps et Automnes (jusqu’en 463 avant JC), mentionne parfois des évènements différents, et est écrit dans un style plus narratif. Télécharger le tome 1Télécharger le tome 2Télécharger le tome 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *