La pratique du bâton

De tous temps, dans toutes les sociétés, l’homme a toujours utilisé le bâton.utilisation_baton

Pour s’appuyer dessus dans ses pérégrinations, pour désencombrer son chemin d’obstacles naturels, pour en écarter des animaux, pour porter une ou des charges sur son son dos ou ses épaules.

Accessoirement le bâton pouvait servir à se protéger des détrousseurs.

 

5armes_noblesUn ustensile multi-usages et aussi une arme.

En Chine, le bâton est considéré comme la mère de toutes les armes. Au niveau des 5 éléments, il est lié à la Terre, centrale. Le Feu est lié à l’épée, le sabre au Métal, la lance à l’Eau, la hallebarde au Bois. Il est donc conventionnel d’apprendre d’abord le maniement du bâton avant de commencer une autre arme, ou tout au moins en même temps.

 

5elements_terre_centrale60La saison du bâton

Lié à la Terre, le bâton est donc d’usage toute l’année. Sa pratique se fait tout au long des saisons.

Dans notre école à Ouistréham, nous avons choisi de la placer dans notre étude à partir du début de l’été, c’est à dire début mai, pour qu’il y ait une logique physiologique. Les activités associatives commencent généralement en septembre et la pratique est axée essentiellement sur le système respiratoire du Métal. Ce qui est la base puisque les poumons étant « maître des énergies », autant commencer à libérer les entraves respiratoires et faire le plein d’énergie. Ensuite vient l’hiver avec le travail de renforcement des tissus osseux et des moelles. Puis arrive le printemps avec le réveil de la sphère tendino-musculaire et articulaire qu’on va chercher à renforcer et à assouplir. Le corps est alors prêt pour un travail plus important, où la pratique du bâton va apporter un bénéfice supplémentaire.

Les bénéfices de la pratique du bâton

Sur le plan physique, la présence de cet « accessoire-ami » va permettre d’augmenter l’ouverture des articulations et une meilleure circulation dans le corps. Créant un certain balourd (contrôlé) produit par le mouvement, le bâton va étirer les muscles et les tendons, les aider à se relâcher, les rendre plus souples, à condition bien sûr de rester dans la juste mesure pour ne créer aucune lésion. La présence de l’enseignant est importante dans la mesure où il est le garant de la sécurité des pratiquants en recommandant la juste limite et les précautions d’usage.

Sur le plan de l‘éveil de l’esprit, nous ne sommes pas éduqués pour maîtriser notre corps depuis l’enfance comme c’est le cas en Asie. Notre système est tourné quasi exclusivement vers l’intellect.
Par exemple, tendez vos bras derrière vous le plus haut possible, et sans les regarder, dites quelle est la distance entre vos deux mains. Vérifiez, vous verrez que ce n’est pas facile de tomber juste dans votre estimation. Frappez sur une table avec le plat de la main mais arrêtez vous juste un centimètre au-dessus de la table, sans la toucher. Maîtrisez-vous votre geste parfaitement ? Vous cognez-vous souvent ou laissez-vous échapper des objets ? La pratique du bâton va travailler sur tous ces axes et développer votre maîtrise de votre corps. La bâton va devenir une extension de vous-même. Vous arriverez même peut-être à sentir un obstacle au bout du bâton sans le voir, donc à le percevoir autrement qu’avec les yeux. La coordination et la latéralisation (équilibre et synchronisation cerveau droit-cerveau gauche) vont aussi s’améliorer grâce au contrôle progressif du bâton.

Sur le plan relationnel, la saison d’été est liée à la notion de tact et donc de contact. Aujourd’hui, dans notre société édulcorée, tout contact est quasiment proscrit avec le gens qu’on ne connaît pas. Toucher volontairement quelqu’un au travail est carrément suspicieux. Dans la rue c’est exclu. Avec une éducation stérilisée sans contact, on perd la notion de l’autre. Et donc la notion de soi. On perd aussi la notion de sa force personnelle. Les échanges entre partenaires avec contact entre les deux bâtons va permettre de se réapproprier la distance, le juste contact, l’équilibre de la force, et les perceptions kinesthésiques. C’est un autre type de développement des sensations personnelles. Il n’y a aucune brutalité et surtout, exécutée sur le mode ludique, cette pratique est agréable et plaisante.

dispersionSur le plan énergétique enfin, la saison Feu est propice à la dispersion. Dès que la saison commence, chacun et chacune est pris dans la spirale des actes commencés successivement, altérés par une pensée éparpillée, et qui ne finissent que difficilement, au prix bien souvent d’un arrêt sur image, pour se repositionner et repartir sur l’idée initiale perdue en cours de route. L’utilisation du bâton va agir sur la force de concentration, va vous aider à vous recentrer. La pratique du bâton va permettre aussi de jouer avec les 5 éléments (eau, bois, feu, terre, métal)et de retrouver par contact les lieux de concentration énergétique du corps tant sur sa face que sur sa partie dorsale.

La pratique, enfin … !

Quels exercices allons-nous pratiquer ensemble ? L’échauffement qui prépare le corps à la pratique, MoGunYinFa, le bâton du magicien, le bâton du paysan, la bâton du guerrier, bâton de l’interne de l’école SanYiquan et des jeux de pratique à deux ou a trois partenaires, voire plus. Vous l’aurez compris, le travail au bâton n’est pas essentiellement vouée au combat, mais à l’éveil du corps, de l’esprit, de l’être tout entier. C’est une pratique qui aide à se réaliser et à favoriser la circulation énergétique en vous.

Pour savoir de quel bâton vous équiper : cliquez ici

Pour en savoir encore plus sur la pratique du bâton, vous pouvez aller sur le site de Georges Charles, http://tao-yin.fr/baton-chinois/

A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *